....N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? [Pierre Corneille]