En tant que père de deux jeunes bambinos, j'ai été assez touché pas l'émission sur France 2 ce soir. Cela s'appelait "A fleur de peau". Le thème était les bébés prématurés, et la méthode utilisée par les sud-américains pour les faire (sur)vivre. Cela s'appelle la méthode "Kangourou", qui s'éloigne un peu de l'assistance médicale sous couveuse, qu'on pense plus appropriée pour ces cas très difficiles. En résumé, le bébé prématuré, au lieu d'être en couveuse, est laissé au bon soin des parents (avec bien sûr toutes les précautions prises). Le bébé reste en contact permanent avec la peau de la mère, au lieu de se retrouver isolé. Et ça marche ! En effet, la croissance est plus rapide et l'enfant s'en sort très bien. Une belle leçon de survie de la part de l'enfant, lové au plus près du corps de sa mère.

C'est une vrais leçon de vie que nous avons là.
La première étant cette volonté forte des bébés prématurés à vouloir à tout pris survivre. C'est très touchant. Comme le dit le reportage, le travail a été fait en très grande partie par le bébé lui-même. Quelle courage !

La seconde leçon est la relation parent-enfant qui dépasse toute autre relation. Ici c'est tout d'abord physique, charnel, grâce à la méthode utilisée. Je le sais bien, j'ai aussi cette agréable sensation de bien être quand je touche la peau de pêche de mes enfants. J'ai envie fortement de les serrer dans mes bras, de leur caresser les cheuveux, la peau...Et dire que c'est une part de moi qui est en eux. Cela me rend fier et heureux. Puis cette relation dépasse également le cadre du physique, car on sent vraiment que l'enfant et les parents sont liés par ce fil invisible qu'est la lutte pour la (sur)vie, et cela les rapproche d'autant plus.

Enfin, on ne devrait jamais oublier que de toute les richesses, la santé est la plus importante, mais, et malheureusement, on l'oublie facilement, accablé par notre égoïsme, nos peurs, nos soucis du quotidien...On est humain après tout...